Bunker de la Gare de l’Est à Paris

  • Pays : France, région Ile de France, Paris
  • Localisation : Paris Bunker Gare de l’Est localisation
  • Type : bunker militaire
  • État : conservé et entretenu
  • Date : lancement construction 20 juillet 1939, occupé par les allemands 14 juin 1940
  • Surface : environ 10 hectares
  • Visites : février 2013

Le Bunker de la Gare de l’Est à Paris a été construit sur les craintes des nouvelles armes utilisées lors de la première guerre mondiale comme les gaz asphyxiants et les bombardements perforant en profondeur les installations. Dans ce contexte de déclaration de guerre imminente, il est décidé le 20 juillet 1939 de construire un abri / bunker contre les bombardements permettant la continuité du service ferroviaire en cas d’attaque.

Le blockhaus n’est pas fini lorsque les allemands arrivent le 14 juin 1940 dans la Gare de l’Est, la construction du gros œuvre se terminera le 30 mars 1941 pendant l’occupation. Puis le bunker sera réceptionné par l’inspecteur de la voie de la Gare de l’Est le 4 novembre 1941 bien que les essais des conditions d’habitabilité prévues pendant 10 heures  d’occupation du blockhaus n’aient pu être réalisés.

De la salle du poste de régulation, les agents peuvent gérer la circulation des trains, en organisant les départs et les arrivées de la Gare et communiquer avec les postes 1 et 2 et différents éléments extérieures comme certains ministères grâce à un central téléphonique interne et autonome.

Le bunker est en béton armé de 120m carré, entièrement hermétique à l’extérieur grâce à trois portes blindées anti-souffle étanches venant de la société des coffres forts Bauche. Trois pièces principales composent le blockhaus, le central téléphonique, une salle de machinerie, un poste de régulation entre lesquels s’interposent des sas utilisés à différentes finalités. L’abri était dimensionné pour 72 personnes et disposait d’un générateur électrique alimentant une centrale de recyclage d’air. En cas de défaillance, deux vélos statiques permettaient à deux personnes de brasser de l’air au travers des filtres et d’alimenter de petits générateurs.

Peu d’informations existent sur les usages qui ont été fait du bunker, notamment pendant l’occupation allemande, néanmoins ce témoin unique a su être très bien préservé et est activement entretenu pour perdurer dans le temps. Preuve de son bon fonctionnement, l’alimentation électrique est toujours assuré par le matériel d’origine, seules les batteries ont été changées.